Accueil > Actualités > Bingo et loto au repas solidaire

Bingo et loto au repas solidaire

Quels paris y avait-il à faire un repas solidaire ce dimanche 11 février ?

Le premier pari consistait à faire que ce soit un vrai moment de rencontre. C’est pour cela qu’il était demandé encore plus aux bénévoles venus au rendez-vous de n’être que deux par table. Difficile quand la langue n’est pas la même. Comment communiquer? Un des bénévoles disait en fin de repas:

C’est extraordinaire, mon voisin sortait son téléphone, écrivait en arabe et la traduction était faite en français ! On a ainsi pu partager un peu.

Une autre bénévole s’est mise à la table de la dernière famille arrivée:

Ils parlent français, alors ça me va !

Le second pari consistait à faire qu’ensemble l’après-midi soit un moment de partage. Il fallait voir combien chacun attendait les chiffres qu’Aman réceptionnait de la boule du BINGO. Chacun voulait l’avoir sur sa carte ! À chaque ligne remplie, les heureux gagnants allaient chercher leur lot, offert par de nombreux bénévoles qui avaient répondu à l’appel. Un beau partage tant pour les petits que pour les grands!

Lors de l’envoi du mail pour annoncer que faute de groupe de musique, l’après-midi se passerait autour d’un BINGO, je terminais ce mail en écrivant : « Dans l’attente de vivre un beau ensemble… ». J’ai omis le mot « moment ». Une bénévole qui vit entre Brioude et Paris m’a alors renvoyé ce mail : « Lorsque je ne vis pas à Brioude je vis à Paris ; depuis deux ans, je réfléchis, au sein de l’Espace Éthique IDF, aux questions de vulnérabilité et de prendre soin. Cette semaine fut une semaine de cours riches, denses, pluriels, stimulants car tissés par de multiples résonances les uns aux autres. Et puis … et puis … hier soir, je lis votre courriel adressé à la liste des contacts, oui, on peut dire qu’il s’agit d’une note d’information, banale question d’intendance, changement de programme pour l’après-midi de dimanche, etc. Non, je ne crois pas qu’il s’agisse seulement de cela, pour ma part, je lis ce bref courriel comme un puissant condensé de ce que j’ai étudié durant cette semaine écoulée. Car ces lignes, vos lignes prennent soin, Ô combien elles prennent soin d’autrui en nous invitant, nous souhaitant : « de vivre un beau ensemble » dimanche, et en amont de cette journée à penser le contenu de nos emballages cadeaux. Comme l’écrivait Emmanuel Lévinas : « Le temps ne se vit pas seul, mais avec autrui. » ».

Voilà encore un pari gagné ! Cette journée a été un moment que l’on n’a pas vécu chacun chez soi, seul, mais avec de nombreuses personnes qui, à travers le partage, revivent. Un bel ensemble, voilà ce que nous avons vécu.

Et une des personnes accueillie au CAO m’a dit :

Tout ce que l’on vit ici, nous servira demain !