Accueil > Le CAO > Avec les bénévoles

Avec les bénévoles

Le travail d’accueil du CAO se fait en collaboration avec des bénévoles. Pour les responsables de Léo Lagrange Centre Est, il est important de travailler sur le Territoire d’implantation du CAO avec les habitants et tous ceux qui souhaitent s’investir dans cet accueil.

Le Centre d’Accueil et d’Orientation Léo Lagrange de Saint-Beauzire est donc ouvert à tous, quels que soient l’âge, l’origine géographique, la catégorie sociale et la profession. Sa vitalité dépend de l’implication des habitants et des usagers, selon le temps dont ils disposent et les compétences qu’ils souhaitent mettre en œuvre.

Être bénévole au CAO, c’est, entre autres :

  • Donner des cours de français
  • Véhiculer les réfugiés sur les divers rendez-vous administratifs et sur les activités
  • Venir partager un temps convivial et de partage avec eux
  • Susciter des activités sportives ou culturelles

Aujourd’hui nous avons plus d’une centaine de personnes qui nous soutiennent à travers les diverses actions menées dont certaines sont adhérentes à l’Association. Ces bénévoles sont là par conviction, pour aider ceux qui en ont besoin, pour rencontrer des gens différents et découvrir leur culture. Certains témoignent ici :

Pourquoi êtes-vous devenu bénévoles ?

MB : Parce qu’il y a un besoin. Aider ces hommes et familles, et aussi la structure.

AC : Être utile.

JYP : Une impression d’être à ma place, d’être là où tout être humain doit se trouver, là où il y a « priorité ».

CL : Être bénévole me semble important pour affirmer mon soutien contre les injustices et pour agir pour la paix. Même si ce ne sont que des gouttes d’eau, cela occasionne des rencontres riches.

Que voyez-vous en venant au CAO ?

MB : L’injustice du monde mais aussi beaucoup de fraternité et de solidarité.

BM : Des personnes plus ou moins heureuses et bien dans leur peau.

CP : Beaucoup de belles personnes et beaucoup de chaleur humaine.

NP : La misère psychologique mais aussi de la solidarité.

AC : Une communauté humaine, des amis dans un environnement agréable.

RM : La moitié des gens inactifs qui se démotivent au fil des mois.

PP : Un lieu de vie accueillant et attentif aux migrants.

Que vous apporte ce bénévolat ?

CP : Les réfugiés m’apprennent beaucoup comme avoir du recul sur soi-même, de l’échange réciproque à tous niveaux. Ça renforce ma détermination dans mon combat individuel et collectif.

PM : De la chaleur humaine, aussi bien avec les réfugiés qu’avec tous les salariés et les bénévoles. L’impression d’être un peu utile.

CP : De belles rencontres, des moments intenses, une pierre amenée à l’édifice pour que « ça change »…

MP : Ça permet de relativiser nos petits problèmes. Ça m’apporte un enrichissement personnel au contact des réfugiés et me permet de me déculpabiliser par rapport à ce que l’Etat Français ne fait pas.

Des anecdotes ?

MR : L’arrivé d’un soudanais, qui lui parlait bien l’anglais et moi beaucoup moins. Alors qu’il me demandait mon âge, je ne suis trompée de 40 ans. Donc j’avais 18 ans. Très gentiment et avec beaucoup de tact, il m’a corrigé ce lapsus de langue et nous avons beaucoup ri ensuite !

NB : Une rencontre avec un étudiant en sociologie au Soudan qui milite dans une association dans mon université contre l’excision, la polygamie et distribue des préservatifs.

PM : Je m’appelle Paule et je me transforme parfois en Poule ou Pelle.

BM : Un migrant musulman m’a demandé ma religion, je lui ai alors répondu que je n’en n’avais pas et il m’a dit que si je n’avais pas de religion alors je n’avais pas de problème.

JYP : Un réfugié était triste, assis à côté de moi dans la voiture, et chantonnait une mélodie très longue et nostalgique en arabe. Sur cette « musique » je me suis mis à chanter avec lui ; avec ces paroles décalées « et maintenant on tourne à gauche, puis au rond-point deuxième à droite, ensuite tout droit…etc. ». Et on a attrapé le fou-rire tous les deux, un très long fou-rire. Alors on a chanté de plus en plus fort….

Si vous souhaitez partager et valoriser des compétences, être acteur au sein du CAO, rencontrer les réfugiés pour rompre leur isolement et construire le ‘Vivre Ensemble’ avec eux, vous enrichir de nouvelles expériences ou rencontrer de nouvelles personnes, rejoignez notre équipe de bénévoles !